QUI SOMMES NOUS ? AIDE 09 88 33 10 04
DICTIONNAIRE

Ankh (Clé de vie)


Photo Isis Sethy Ier Abydos
1. Photo Isis Sethy Ier Abydos
Signe hiéroglyphique de la vie, le signe ankh ou "clé de vie" était utilisé pour signifier le verbe "vivre" ou le nom "vie", "clé de vie".

Dans l'écriture courante, il revêt un sens générique. Dans l'écriture ou l'illustration religieuse et symbolique, il correspond à la nature divine de l'existence et donc à la vie éternelle. C'est pourquoi l'ankh figure dans les décorations rituelles, où les dieux le présentent aux souverains. Il se situe généralement près des narines, car il incarne le "souffle de vie". Envisagé sous cet angle, il arrive ainsi que les peuples alliés et assujettis (du Levant, la plupart du temps) demandent au roi d'Egypte le souffle de la vie. Outre cet aspect "aérien", il en existe un autre lié à l'eau, qui apparaît dans les scènes de purification : les dieux versent alors sur le roi une série d'ankh qui s'écoulent de vases rituels ; là aussi, l'ankh représente la vie éternelle. Il symbolisait parfois, par extension, le force vitale infinie et se trouvait alors intégré comme tel dans l'architecture, sous la forme de motifs propitiatoires ornant les murs des temples, ou bien dans d'autres contextes.

En tant que hiéroglyphe, il peut représenter un miroir en cuivre (le cuivre étant considéré comme un métal céleste qui piège la lumière divine). C'est un objet rituel en étroite relation avec Hathor, la déesse des étoiles et de l'amour universel. Il peut également symboliser une lanière de sandale vue de dessus. Cette dernière représentation a une explication toute particulière : les Égyptiens concevaient la vie "ânkh" comme un chemin sur lequel il devait avancer ("donner du chemin au pied" selon leur propre expression) et ceci n'étant possible que lorsque l'on avait chaussure à son pied et le lacet bien ajusté.

L'ankh était souvent portée comme amulette par les Égyptiens et pouvait alors être associé à d'autres symboles comme le scarabée (symbole du dieu Kheper) et le sceptre ouas (symbole de la force).
[1] Le pharaon fait une offrande à la déesse Isis (de sa main gauche, elle tient le sceptre ouas ; et de sa main droite une ankh), temple de Sethi Ier, Abydos, Egypte
[2] Les dieux Ptah et Thot (avec un sceptre ouas dans sa main gauche et une ankh dans sa main droite), temple d'Edfou, Egypte
[3] Amulette en faïence bleue, composée des symboles Djed (pilier d'Osiris), Ouas (sceptre de puissance), Ankh (clé de vie) et Heh (symbole d'éternité), British Museum, Londres, Angleterre

Photos : Philippe Contal, Histophile
Photo Isis Sethy Ier Abydos
1. Photo Isis Sethy Ier Abydos
Photo Ptah Thot Edfou
2. Photo Ptah Thot Edfou
Photo Amulette Faience Djed Ouas Ankh Heh British Museum
3. Photo Amulette Faience Djed Ouas Ankh Heh British Museum
Afin de mémoriser votre panier et de mesurer son audience, Histophile.com utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus.